JUSTICE

We protest the transfer of prisoners based on unproven allegations. We protest the impunity of the prison system as a whole. Our supposed “bad attitudes” are not a reason for a transfer and increase in security level. Nowhere in our correctional plan does it say we must be happy. We protest the lack of privacy both inside prison and when on parole or probation. Many prisoners currently face double bunking, which is accompanied by a loss of both dignity and privacy.

We demand the creation of an independent group to deal with prisoners’ grievances. Allowing Correctional Services Canada to “investigate” itself is an inherent injustice and lacks transparency. We demand that prisoners’ grievances be dealt with fairly and efficiently. That is to say, in good faith, and within three months after the grievance is submitted.

We demand the establishment of paralegal services, access to up-to-date legal texts, pro bono lawyers or law students, and no disciplinary repercussions for individuals using this knowledge to help themselves and others.

We demand the end of all double-bunking practices for any length of time. Double-bunking means that two of us have to live in a 8’ by 12’ cell with a sink, desk, chair, toilet, and one shelf. Living in these conditions has resulted in an increase in incidents of sexual assault, thieving, and fights.

JUSTICE

Nous protestons le transfert de prisonniers sur la base d’allégations non prouvées. Nous protestons l’impunité du système pénitentiaire dans son ensemble. Nos soi-disant « mauvaises attitudes » ne sont pas une raison pour un transfert et l’augmentation du niveau de sécurité. Nulle part dans notre plan correctionnel est-il dit : que nous devons être heureux. Nous protestons le manque d’intimité à la fois en prison de même qu’en liberté conditionnelle ou en probation. Beaucoup de prisonniers sont actuellement confrontés à une double occupation, qui est accompagnée par une perte à la fois de la dignité et de la vie privée.

Nous demandons la création d’un groupe indépendant pour traiter les plaintes des détenus. Permettre le Service correctionnel du Canada d’ «enquêter» lui-même est une injustice inhérente et un manque de transparence. Nous exigeons que les doléances des prisonniers soient traitées de façon équitable et efficace, ce qui veut dire en toute bonne foi et dans un délai de trois mois après que la doléance soit soumise.

Nous demandons la mise en place de services parajudiciaires, l’accès à des textes juridiques qui sont mis à jour, des avocats bénévoles ou des étudiants en droit, et pas de répercussions disciplinaires pour les personnes qui utilisent ces connaissances pour eux-mêmes et pour aider les autres.

Nous exigeons la fin de toutes les pratiques de double occupation pour n’importe quelle durée de temps.  La double occupation des cellules signifie que deux personnes vivent dans une cellule de 8 ” par 12” qui contient un lavabo, un bureau, une chaise, des toilettes, et une étagère. Vivre dans ces conditions a donné lieu à une augmentation des incidents d’agressions sexuelles, de vol, et d’agressions physiques.

Advertisements