REINTEGRATION

Correctional Service Canada, through its Corrections and Conditional Release Act, is mandated to assist in the rehabilitation of offenders and their reintegration into the community. CSC is currently not fulfilling its reintegration mandate. Many people are sent back to jail for something that could have been dealt with in the community. Once inside prison, people lack opportunities for reconnecting with the outside community.

We demand that more community groups be eligible to come inside prisons as volunteers in order to run rehabilitation programs and build relationships necessary for reintegration.

We recommend that the warden regain the ability to give permissions for unescorted temporary absences and escorted temporary absences into the community. The current system of organization clogs the system with bureaucracy and limits accessibility to rehabilitative outings in the community.

We demand alternatives to re-imprisonment for parole violations. Parole violations often are instances where someone did not break the law and thus, should not be dealt with through imprisonment. This is an issue of habeas corpus, and costs the taxpayers a great deal.

We demand that the Parole Board cease imposing the non-association clause as a parole condition. The non-association clause is a parole condition that requires parolees to figure out within fifteen minutes whether or not they are speaking with someone who has a criminal record or an active police file.

RÉINTÉGRATION

Le service correctionnel du Canada, à travers ses lois sur le système correctionnel, a pour mandat de contribuer à la réadaptation des délinquants et à leur réinsertion dans la communauté. Actuellement, SCC ne remplit pas son mandat de réinsertion. Beaucoup de gens sont renvoyés en prison pour des choses qui auraient pu être traitées dans la communauté. Une fois à l’intérieur de la prison, les gens manquent d’opportunités pour retrouver le contact avec le monde extérieur.

Nous exigeons que plus de groupes communautaires soient admissibles à venir à l’intérieur des prisons en tant que bénévoles afin d’exécuter des programmes de réhabilitation et de construire des relations nécessaires à la réinsertion.

Nous recommandons que le gardien retrouve sa fonction d’approuver les permissions de sorties sans escorte et de sorties avec escorte dans la communauté. Le système actuel obstrue le système avec de la bureaucratie et limite l’accessibilité aux sorties de réadaptation dans la communauté.

Nous exigeons des solutions alternatives à la ré-incarcération pour des violations de liberté conditionnelle. Les violations de libération conditionnelle sont souvent des cas où quelqu’un n’a pas enfreint la loi et, par conséquent, ne devrait pas être punii d’un emprisonnement. Ceci est un problème de l’habeas corpus, et coûte beaucoup aux citoyens.

Nous exigeons que la Commission des libérations conditionnelles cesse d’imposer la clause de non-association comme condition de libération conditionnelle. La clause de non-association est une condition de libération conditionnelle qui exige que les libérés conditionnels sachent dans un délai de quinze minutes si oui ou non ils s’adressent à quelqu’un qui a un casier judiciaire ou un dossier actif avec la police.